• LES BONNES ONDES

Nouveau podcast en ligne : NO LOGO 2022 - Journal de bord


Y’a pas que les jeux olympiques qu’ont le droit de jouer avec le calendrier !

Le programme que vous allez entendre est le journal de bord de la tournée NO LOGO Transmaghreb 2020 : un super projet plutôt ambitieux qui aurait dû prendre place au Maroc, en Tunisie et en Algérie pré-covid.


La difficulté d’un projet comme celui-là se résume d’ores et déjà dans la phrase précédente, et ça c’était sans compter les complications dues à cette pandémie à rallonge et les différents variants.


Pas de No Logo en 2020 donc, pas de No Logo en 2021, mais c’est sûr, la petite poignée d'allumés qui compose l'équipe fera tout pour que 2022 soit la bonne année !

C'est le 26 novembre 2021, alors que les frontières du Maroc ferment de nouveau en raison du variant Omicron, que je me décide à entamer un travail de réflexion autour de ce projet.

A l’heure du metaverse et des fusées direction la stratosphère des GAFA, des restrictions de vol et de sorties, de la résilience prônée par nos politiques, la transversalité que porte No Logo, n’a jamais autant sonné comme ce bras d’honneur que l’on a envie d'envoyer à la face d’une conjoncture de merde, d’un monde qui nous intime l’ordre d’arrêter.


Les cigales que nous sommes ont toujours été des fourmis qui remontent le courant en utilisant l’intelligence collective et le travail de groupe.

Au-delà de l’aspect documentaire de cet objet sonore (de cette série sonore ?), je le souhaite comme un travail de témoignage, un travail d’archivage mais aussi comme un cri d’amour pour les soldats de la culture et des arts au Maghreb, car au-delà des velléités et des guerres intestines propres à chaque territoire, toutes et tous font avancer la machine.


Je m'appelle Mehdi El Kindi et je suis à l’origine du studio de production de podcasts LES BONNES ONDES , En novembre 2021 je me suis donné comme mission de vous raconter les coulisses de ce projet un peu fou.


Un projet fou initié par des amis rencontrés entre la médina de Tunis et celle d’Essaouira, une double bonne augure.